Accusée à tort la juriste Congolaise Julienne Mpemba se défend: « il n’y a jamais eu de vol d’enfants »

0
1042

Principale accusée dans l’affaire de fraudes présumées dans l’adoption d’enfants congolais, la juriste belgo-congolaise, Julienne Mpemba, livre, pour la première fois, sa version des faits à un média, quelques jours après son renvoi en correctionnel (tribunal pénal) par la Chambre de Conseil de Dinant. Pour elle, il s’agit d’une affaire montée de toutes pièces, car il n’y a jamais eu de vol d’enfants et l’instruction n’a jamais prouvé le moindre vol d’enfants.

Le Courrier de Kinshasa : vous êtes la principale accusée dans une affaire de supposé vol d’enfants au Congo pour les faire adopter en Belgique et vous venez d’être renvoyée au tribunal correctionnel, donc devant un tribunal pénal. Pourriez-vous nous résumer le fond de cette affaire ?

Julienne Mpemba : d’abord, je nie toutes les accusations portées contre moi et je les rejette en bloc. Il n’y a jamais eu de vols d’enfants. Effectivement, je viens d’être renvoyée en correctionnelle dans ce dossier où il y avait dix inculpés. Au niveau du règlement de la procédure, mes avocats et moi avions jugé bon de ne pas nous battre au niveau de la Chambre du conseil. J’attendais impatiemment un renvoi en correctionnel, car je souhaite aller m’expliquer devant le juge du fond.

Je n’ai donc pas été surprise par ce renvoi en correctionnelle, étant donné que je n’ai jamais demandé le non-lieu dans ce dossier. Ma stratégie était de ne pas me battre devant la chambre du conseil dans le but de ne pas dévoiler ma stratégie de défense.

LCK : vous rejetez les accusations, mais quelles sont les raisons pour lesquelles vous êtes poursuivie ?

JM : Si je dois étaler toutes les raisons, on pourrait passer 48 heures à discuter. Je suis actuellement en train de rédiger un livre sur cette affaire, notamment sur la genèse de ce montage et la manière dont tous mes droits ont été méprisés. Il n’y a jamais eu de vol d’enfants et l’instruction n’a jamais prouvé qu’il y a eu vol d’enfants.

LCK : mais qu’est-ce qui s’est passé ?

JM : fin 2011, je suis rentrée chez moi à Kinshasa et j’ai décidé de mettre en place un orphelinat, dénommé Tumaini. J’en ai eu l’idée car, depuis (2006), je travaillais dans le parrainage scolaire en RDC via l’association TUMAINI que j’ai créée en Belgique et j’ai toujours travaillé en Belgique où j’ai fait mes études de droit comme juriste, notamment pour la ville de Namur, dans un Cabinet ministériel, dans un service de conseil au gouvernement etc. Quand je suis partie au Congo, et que j’ai vu le nombre d’enfants abandonnés, j’ai décidé de créer l’orphelinat sur mes fonds propres. Cela m’a coûté, à peu près, 45 mille dollars Usd. C’était le meilleur orphelinat de Kinshasa et ceux qui m’accusent le savent car ils ont des photos et des vidéos ; j’en ai aussi. A l’ouverture, l’orphelinat était situé dans le quartier appelé «  GB », près du centre-ville.

Actuellement les enfants de l’orphelinat sont hébergés dans la commune de Masina. Une délégation de la fédération Wallonie Bruxelles est arrivée à Kinshasa début 2012. Nous nous sommes mis d’accord pour travailler et collaborer en matière d’adoption. Rapidement, on a constaté une résistance de la part du ministère des Affaires Etrangères de la Belgique. Mes collaborateurs de la communauté française m’ont alors expliqué qu’il s’agit d’une résistance naturelle de la Belgique envers la RDC. Nous avons subi des pressions du ministère des Affaires Etrangères belge, mais nous sommes passés outre et avons commencé à collaborer. Tout s’est toujours bien passé et les enfants étaient très bien traités dans l’orphelinat. Les pédiatres belges spécialisés en matière d’adoption étaient étonnés de voir les enfants venus d’un orphelinat arriver en si bonne santé.

LCK : et comment en était-on arrivé à parler de vols d’enfants ?

JM : en 2013, l’Etat congolais a pris un moratoire interdisant la sortie du territoire à tout enfant congolais adopté, au motif que des couples homosexuels en Amérique du Nord adopteraient des enfants congolais. Ce moratoire nous a tous surpris aussi. Lors de nos accords avec les parents et la communauté Wallonie-Bruxelles, il avait été convenu que les enfants passeraient 6 mois à l’orphelinat et donc que l’orphelinat toucherait une prise en charge correspondant à ces 6 mois. Mais, dans ce cas-ci, les enfants sont restés à l’orphelinat pendant plus de deux ans, à cause du moratoire. J’avais 35 enfants à l’orphelinat dont 12 déjà adoptés par des couples belges. . J’ai proposé que, avec mes propres moyens, je prenne en charge les 23 enfants qui n’avaient personne et que les parents des 12 adoptés puissent prendre en charge leurs enfants. 8 couples sur 12 ont refusé catégoriquement de prendre en charge leur propre enfant, nous étions sidérés avec mon équipe devant une si mauvaise foi de ceux qui se disent parents.. Ces couples qui refusaient de prendre en charge leurs enfants pensaient avoir le droit de commencer de me demander des comptes sur la santé des enfants. J’ai estimé qu’ils étaient irresponsables. J’utilisais mon salaire pour nourrir leurs enfants, alors que nous vivions tous en Belgique. Je perdais le sommeil car je devais nourrir leurs enfants et ils avaient le droit d’exiger de moi d’être à leur service ? J’ai estimé que non. Je m’occupe des enfants car je les aime et que ces parents-là me laissent tranquilles. Il y a eu des tensions et j’ai écrit à différentes autorités belges, mais personne ne m’a répondu. Je leur ai fait savoir que l’orphelinat était endetté et qu’il fallait que ces 8 couples s’occupent de leurs enfants. Mais, j’ai été confrontée à un refus catégorique durant des mois. Finalement, ces couples ont dit qu’ils paieraient lorsqu’ils seraient sûrs, à 100%, que leurs enfants pourraient quitter le territoire congolais. Et attendant ? Les enfants allaient-ils vivre d’eau fraîche ?

LCK : et qu’est-ce qui s’est passé ensuite ?

JM : Par la suite, l’Etat congolais a permis aux enfants de quitter le territoire, c’était fin 2015 et la communauté Wallonie-Bruxelles a décidé de payer, mais une somme qu’elle a arbitrairement fixé elle-même et non pas la facture présentée par l’orphelinat, sur base des frais réels. Avec des discours du genre « nous connaissons le Congo », « nous avons l’habitude du Congo ». des phrases que je ne supportais pas. Entendre ces personnes installées dans des cabinets ministériels à Bruxelles convaincues de connaître mon pays plus que même son président. Je dois vous dire que les fonctionnaires ont toujours été corrects ; ce sont les politiques qui étaient de très mauvaise foi. Entre-temps, nous avons aussi eu des conflits avec l’ambassade de la Belgique en RDC. L’ambassadeur de l’époque Michel Lastschenko était très irrespectueux notamment envers les autorités congolaises. Quand ils parlaient d’elles, c’étaient toujours en insultes. Finalement, les Affaires Etrangères belges ont décidé de prendre en charge les enfants à l’orphelinat à hauteur de 25 dollars par enfant et par mois. Donc 300 Usd pour 12 enfants et par mois, pour notamment les nourrir, payer l’école, les nounous, les soins médicaux, etc. Donc, pour les Affaires étrangères belges, un enfant congolais, à Kinshasa, coûte moins d’un dollar par jour et ce, même s’il est déjà de nationalité belge. Un mépris nauséabond.

Le conflit était permanent avec l’ambassadeur. Je n’ai pas le caractère de me taire lorsque je suis insultée, je réplique. Et un jour, il y a eu une violente altercation dans le bureau de l’ambassadeur, c’était suite aux atermoiements et surtout aux propos racistes de celui-ci. Les vitres de son bureau ont éclaté et l’altercation s’est poursuivie dans les couloirs de l’ambassade.

Le Diplomate n’a pas hésité à me menacer en me disant « Je vous aurai ». Et je lui ai répondu, vous n’êtes pas mon Dieu. L’ambassadeur a eu une réunion avec trois autorités congolaises, dont l’ancien ministre de la Justice, Thambwe Mwamba, et l’ancien chef de l’ANR, monsieur KALEV. Ils ont décidé de m’arrêter. Le lendemain, j’ai vu des policiers congolais venir perquisitionner chez moi. Ce qui m’a le plus choquer c’est de voir trois agents belges dans mon salon en train de perquisitionner. D’ailleurs Monsieur Nema Lemba (Papa Molière), très connu à Kinshasa, était dans mon salon et a filmé la scène. Je leur ai demandé (aux belges) de sortir de chez moi car ils n’avaient aucune autorité pour mener une perquisition dans un logement en RDC. J’ai été privée de liberté pendant 48 heures. Le lendemain de ma libération, je suis rentrée en Belgique, épuisée. J’ai été licenciée de mon travail au Service Public de Wallonie, c’était un licenciement sans fautes avec indemnités. J’ai compris qu’ils avaient reçu un ordre. Je pensais que ça allait s’arrêter là, mais ils ont monté tout un dossier de vol d’enfants, ce qui est totalement invraisemblable.

C’est Monsieur Reynders ancien ministre belge des affaires étrangères qui m’avait dénoncé à l’ancien ministre belge de la justice qui avait alors ordonné au parquet fédéral belge de me poursuivre en utilisant son droit d’injonction positif.

LCK : pourquoi ?

JM : parce que je ne faisais adopter que des enfants complètement abandonnés et qui étaient amenés par des assistantes sociaux. Au sein de mon orphelinat, les assistants sociaux de Kinshasa n’appréciaient pas quand je leur disais que n’avais plus de lit libre car j’avais atteint le maximum de 30 enfants. Je pouvais en avoir jusque 36 mais exceptionnellement. Alors ils ne comprennent pas que la personne qui refusait de prendre les enfants abandonnés puissent sortir la nuit et payer un voyou pour aller voler les enfants à leurs mères. Puis les prendre en photo, les mettre sur Facebook, et les faire adopter en Belgique. Invraisemblable.

LCK : et comment la procédure s’est-elle poursuivie en Belgique ?

JM : j’ai été arrêtée en Belgique, pour la première fois, en 2016, soi-disant pour prise d’otages d’enfants. Mais, mes avocats ont tout de suite battu en brèches cette accusation. Comment voulez-vous que je puisse prendre en otage des enfants dont j’ai la garde ? L’Etat congolais m’en a confié la garde et c’est moi qui les prends en charge. J’ai été arrêtée une seconde fois en novembre 2017 et ils ont eu donc un an pour monter des dossiers, selon lesquels soi-disant j’aurais volé des enfants. Deux commissions rogatoires ont été envoyées au Congo. Le dossier a été classé sans suite par la justice congolaise pour la première fois. Le parquet belge a crié à la corruption des magistrats congolais. Une deuxième commission rogatoire a été envoyée au Congo et le ministre de la Justice de l’époque Thambwe Mwamba a fait pression sur les magistrats qui ont rouvert le dossier. Malgré ses pressions pour aider les belges les magistrats n’ont rien trouvé contre moi. J’ai été mise en détention « provisoire » en Belgique pendant deux ans et demi. Me concernant, J’ai un casier judiciaire vierge ; j’ai le même diplôme que ces magistrats qui m’ont maintenue en détention et nous sortons des mêmes universités, j’ai toujours travaillé à la hauteur de mon diplôme, je suis femme seule avec enfants dont un petit qui n’avait que 5 ans à l’époque . La justice belge au niveau de Liège (Cour d’appel), n’a jamais tenu compte de tous ces éléments. Ils m’ont refusé même un bracelet électronique que je demandais ne fut-ce que pour élever mes enfants qui étaient seuls. Ma jeune fille, qui avait 19 ans à l’époque et mon fils qui était âgé de 5 ans. Je n’ai pas été autorisée à rentrer chez moi pour élever mes deux enfants, même avec un bracelet électronique. J’ai été laissée en prison pendant deux ans et demi, en préventive au mépris des règles sur la détention préventive. Je voyais parfois des personnes accusées de meurtre être libérées parce qu’étant mère d’enfants en bas-âge ou encore des auteurs d’autres crimes être libérés. Et moi, j’ai été libérée plus de dix fois par la Chambre du Conseil et plus de dix fois le parquet est parti en appel à Liège et plus de dix fois la Cour d’appel de Liège a reformé l’ordonnance de la Chambre du conseil pour que je demeure en détention préventive. Même lorsque la Chambre du Conseil a écrit que ma détention était contraire aux droits de l’homme, Liège m’a maintenue en détention. Je crois que l’objectif de mes accusateurs a toujours été de me briser, mais ils n’y arriveront pas. Le parquet tenait à chaque audience des propos du style « elle va fuir au Congo », ils n’ont jamais tenu compte du fait que je sois belge, que ma mère, mes sœurs, toute ma famille est belge et vit en Belgique. Mes enfants sont belges et surtout fuir ? Avec les choses horribles qu’écrit la presse belge sans même chercher à entendre ma version des faits ? Fuir pour faire quoi de mon diplôme ? de ma vie ? de mes ambitions ? Fuir quoi ? Un dossier mal monté ? Ce n’est pas possible.

LCK : aujourd’hui, face à tout ce que vous avez vécu et vivez, alors que ça partait d’une bonne intention de faire adopter des enfants congolais en Belgique, est-ce que vous regrettez d’avoir ouvert l’orphelinat et d’avoir fait adopter des enfants congolais ?

JM : je ne le regretterai jamais. Je suis très fière de l’avoir fait. Il y a des parents qui ont des DVD des enfants adoptés lorsqu’on les trouvait par les assistantes sociaux et ce n’est pas beau à voir. Chaque enfant que j’ai mis en adoption en Belgique est un enfant que j’ai sauvé d’un avenir incertain et pire d’une mort certaine. Je ne regretterai jamais ça et surtout que j’ai aussi rencontré des belles personnes que sont certains parents . Ma meilleure amie est une mère qui a un enfant adopté chez moi.

LCK : vous avez fait adopter combien d’enfants ?

JM : de mémoire, ils sont plus ou moins 30 en Belgique et il y’en a deux aux États-Unis.

LCK : vous êtes toujours en contact avec certains et leurs parents ?

JM : je suis en contact avec certains. Il y a des parents qui sont vraiment magnifiques . Mais il y a aussi les 8 autres avec qui nous avons eu un conflit qui se présentent comme partie civile dans cette affaire. Je n’attends qu’une chose et je l’attends impatiemment : qu’au tribunal, ils viennent me dire qu’ils avaient pris leurs enfants en charge à l’orphelinat. D’autres parents ont peur aussi car ils ont subi des interrogatoires des enquêteurs. Je comprends qu’ils soient paniqués. Dans ce dossier, j’ai subi des choses qui me dépassent. Mais que ces gens soient rassurés, il n’y a jamais eu d’enfants volés. Au moment venu, je vais m’expliquer devant la justice si Dieu le décide.

LCK : l’orphelinat existe toujours jusqu’à aujourd’hui ?

JM : il existe toujours et il y a actuellement 19 enfants qui se portent très bien. Ils vont à l’école et sont très heureux. Vous pouvez visiter leur Page Facebook.

Il y a des enfants qui étaient là en 2013 et qui y sont toujours jusqu’aujourd’hui sans que personne les réclame, ils ont le même sexe et même âge que ceux qu’on m’accuse d’avoir volé ; Donc je laisse un enfant abandonné et je prends un enfant volé pour le mettre en adoption.

LCK : sur le plan personnel comment cette affaire vous a-t-elle affectée ?

JM : lorsque Dieu continue de vous permettre de respirer, il faut toujours savoir rester debout et lui rendre grâce. J’ai été licenciée de mon travail. Je suis poursuivie en justice, et se défendre au pénal coûte très cher. Il y a la ruine financière bien sûr. Mais pire, mon fils a été complètement désorienté. J’ai mis deux ans à le récupérer, car il était complètement perdu . Ma fille, qui a 22 ans actuellement, et qui est en dernière année de droit à l’université catholique de Louvain, n’avait jamais échoué de toute sa vie et a passé une année blanche. Ma mère a développé beaucoup de maladies qu’elle n’avait pas auparavant. J’ai perdu tout ce que j’avais à Kinshasa et ici en Belgique. Néanmoins, je rends grâce à Dieu et je reste forte. Une chose est certaine, ils ne vont pas me briser et je ne leur donnerai jamais l’occasion de me briser. Je vais me battre jusqu’au bout.

Je suis sereine car je sais qu’on ne peut pas inventer ce qui n’a jamais existé. Je me reconstruis avec le peu des personnes qui restent autour de moi.

Cette histoire m’a aussi permis de me rendre compte que plusieurs personnes qu’on croyait être des amis, des amies, n’étaient là que par ce qu’il y’avait un retour. Je rends grâce à Dieu car le ménage a été fait naturellement autour de moi et ce sur base des mensonges rapportés par une presse partiale, subjective et non professionnelle et qui n’a jamais cherché à écouter l’autre son de cloche. J’ai appris beaucoup de choses sur la personne humaine. Je bénis Dieu pour ma famille.