A Oyo, les gens ne portent pas de masque et aucun policier ne les dérange

0
999




Lors de la prise de la décision du port obligatoire du masque sur toute l’étendue du territoire, il a été demandé à la police de veiller au strict respect de cette dernière. Habituée aux dérapages, cette police s’est distinguée dans la traque des pauvres citoyens causant même des morts à Dolisie, Pointe-Noire et Nkayi. Bizarrement, dans le village d’Oyo et environs, aucun policier n’a osé interpellé des citoyens qui enfreignent cette mesure barriere. On tolère tout à Oyo et on fout la pagaille ailleurs !




A en croire cette léthargie de la police, les habitants d’Oyo et environs sont vaccinés contre le Covid-19 et peuvent se passer des mesures barrières. Ramener le tribalisme dans une pandémie et la dernière bêtise que ceux qui ont pris le Congo en otage ont commis.

A Pointe-Noire, les forces de l’ordre se sont fait remarquer par leur violence envers les pauvres citoyens ayant omis de porter un masque. Une femme a succombé à ses blessures après avoir été percutée par un véhiculé en fuyant la police.




A Dolisie, un ex agent des eaux et forets, assis devant sa parcelle sans masque a été molesté et a trouvé la mort. C’est à Nkayi, que les populations ont mis fin à cette haine des forces de l’ordre contre elles après la mort de Merveille Bazonzela.




Entre-temps, à Oyo, les populations vaquent à leurs occupations sans porter de masque, dans l’assurance d’avoir avec elles les forces de l’ordre. Policiers et villageois se retrouvent même dans les débits de boisson sans respecter les mesures barrières.